Commencer et réussir son compost | Body Nature

Commencer et réussir son compost

installer composteur chez soi

Environ 1 Français sur 4 gère directement ses déchets de cuisine à domicile pour un poids moyen de 40 kilos par habitant, soit 620 000 tonnes par an*. C’est encore trop peu lorsque l’on sait qu’une technique simple, gratuite et naturelle peut facilement nous aider à réduire le poids de nos poubelles : le compostage. Comment faire du compost ? Que jeter dans son compost ? Body Nature vous dit tout !

 

comment faire un compost

 

Le compostage, c’est quoi ?

Le compostage est une technique naturelle qui consiste à recycler les déchets verts du jardin et les déchets organiques de la maison en les jetant dans un composteur, c’est une excellente méthode pour préserver l’environnement. Ainsi, les déchets se décomposent grâce aux micro-organismes et insectes (bactéries, champignons, vers de terre…) présents dans le sol. Le compostage permet d’obtenir un terreau riche et d’excellente composition, appelé compost. Ce fertilisant naturel et équilibré permet notamment :

• d’alléger et d’enrichir le sol, permettant ainsi de fortifier les plantes et de les rendre plus résistantes

• d’économiser de l’eau et du terreau,

• d’éviter le transport de déchets utiles au jardin et donc de réduire les émissions de CO2,

• d’éviter l’enfouissement de ces déchets essentiels

 

Comment faire son compost ?

Dans un premier temps, choisissez le bon emplacement pour votre composteur, c’est-à-dire à l’ombre et en contact direct avec le sol qui est une source de micro-organismes. Un composteur doit également toujours rester humide, choisissez donc un modèle avec un couvercle. Vous pouvez également construire vous-même votre composteur avec des planches de bois et du grillage.

Une fois installé, vous pouvez remplir votre composteur avec des déchets verts et organiques et veiller à bien aérer votre tas de compost en le mélangeant toutes les 4 à 6 semaines. En effet, les bactéries qui permettent la dégradation des matières doivent être dans des conditions aérobies (en présence d’oxygène) pour pouvoir respirer.

Le compost peut être utilisé au bout de 3 à 6 mois en printemps/été ou 6 à 9 mois en automne/hiver. Pour vérifier si le compost est bien mûr, sentez la terre qui doit avoir une odeur forestière et regardez bien l’humus qui s’effrite facilement. Etalez le compost au pied des plantes ou dans les trous de plantation afin de fortifier vos végétaux.

 

 

Que jeter dans son composteur ?

Un bon compost est un compost équilibré qui regroupe divers déchets verts et organiques.

 

Dans votre composteur, vous pouvez jeter :

• Les déchets verts du jardin : les feuilles mortes, l’herbe tondue, les fleurs fanées, les aiguilles de conifères, les résidus de taille et d'élagage…. Environ 160 kilos de déchets verts sont réalisés par personne et par an grâce au jardinage. C’est un apport essentiel au compost et pourtant, 9 % des foyers les brûlent à l’air libre (source Ademe).

• Les déchets de cuisine : coquilles d’œufs écrasées, marc de café, épluchures de fruits et légumes bio, essuie-tout…  Contrairement à certaines idées reçues, il est tout à fait possible de jeter les épluchures d’agrumes dans son composteur, à condition de les découper finement pour faciliter leur décomposition. Par ailleurs, la peau des agrumes est riche en potasse, un fertilisant indispensable pour la croissance et la santé des végétaux.

• Mais aussi : les cheveux morts, les poils d’animaux et le carton déchiré en petits morceaux

 

Dans votre composteur, vous ne pouvez pas jeter :famille jardinage compost

• Les plantes susceptibles d’être malades (rosiers et arbres fruitiers),

• Les parties d’une plante qui présentent une maladie : feuilles, tiges, fruits

• Les mauvaises herbes en fleurs ou en fruits,

• Le bois traité ou bois exotique,

• Les litières non biodégradables,

• Les cendres de bois et de charbon,

• Le sable,

• Les huiles et graisses alimentaires.

 

Une alternative en intérieur : le lombricomposteur

Le lombricomposteur (ou vermicompostage) est une alternative simple et rapide au composteur traditionnel, à la différence qu’elle est davantage adaptée pour l’intérieur de la maison. Cette technique s’appuie sur un processus naturel et écologique qui consiste à introduire des vers (lombrics) dans plusieurs récipients afin de dégrader les déchets organiques issus de nos consommations alimentaires : épluchures de légumes et fruits bio, coquilles d'œufs, papier alimentaire, marc de café, carton biodégradable… Les vers se nourrissent de ces déchets réduits en petits morceaux, les digèrent et rejettent ensuite un fertilisant naturel semblable à du terreau appelé lombricompost

Il ne s’agit pas de n’importe quelle espèce de ver puisque le ver du lombricomposteur est le ver Eysenia que vous pourrez trouver dans des magasins de jardinage mais également en don sur des sites spécialisés. S’ils disposent de place et de nourriture, les vers se reproduisent rapidement. Vous pourrez ensuite à votre tour faire don de vers à des débutants en lombricompostage. Cette technique peut être mise en place dans une maison mais également, et davantage encouragée, dans un appartement. Le lombricomposteur peut être fabriqué par ses propres moyens ou acheté tout prêt, certaines municipalités en mettent à disposition des habitants de leur commune.


Retrouvez en page 9 du Body Nature magazine un tuto pour créer vous-même votre lombricomposteur à la maison.

Je suis le tuto

 

*Source https://www.ademe.fr/expertises/dechets/passer-a-laction/valorisation-organique/gestion-proximite